<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">
Fermer

Que recherchez-vous ?

    matoocard-picto

    Matoocard

    Connecter

    En savoir plus
    m2mmanager-picto

    M2MManager

    Gérer

    En savoir plus
    matoowan-picto

    Matoowan

    Sécuriser

    En savoir plus

    La fin du réseau RTC

    L’arrêt de la production de nouvelles lignes analogiques dès 2018 marque de manière décisive la fin programmée du réseau téléphonique commuté (RTC). Encore de nombreuses entreprises ou collectivités utilisent ce réseau déployé à partir des années 80, et sont contraintes de trouver aujourd’hui une solution de remplacement.

    La fin annoncée du RTC peut paraître comme anodine pour le grand public, cependant, la fermeture de ce réseau à partir de 2022 sonne comme une véritable transition pour l’univers du M2M. L’annonce de la fin de la commercialisation de toute nouvelle ligne analogique dès l’année prochaine a en effet, sonné le glas de cette technologie.

     schema-rtc-1_0-2

     

    Qui est concerné ?

    De ce fait, les entreprises et collectivités doivent dès à présent réfléchir à la mise en place d’une solution leur permettant de répondre à leurs besoins en connectivité.

    De nombreux secteurs sont touchés, certains ont amorcé une transition plus rapide telle que les ascenseurs ou alarmes.

    D’autres sont un peu plus en retard. Electricité, gaz, eau, tant de services indispensables à nos bâtiments. Une fois installés, les compteurs dédiés à ces services vivent leur vie dans l’ombre, sans qu’on ne sache comment ils fonctionnent et surtout comment ils communiquent. Or, avant l’avènement des compteurs connectés que l’on peut rencontrer de nos jours, existait des versions fonctionnant grâce à la technologie RTC (Réseau Téléphonique Commuté). Avec l’aide du GSM Data, les compteurs pouvaient ainsi remonter les informations au centre de supervision. Dans le détail, un automate appelait le compteur via un numéro de téléphone en RTC ou en GSM data. Décrochage réseau, échange de protocoles pour s’authentifier et échange de données, voilà comment fonctionnaient beaucoup de compteurs de ces différents services.

    En chiffres, cela correspond encore aujourd’hui à plusieurs dizaines de milliers de dispositifs en France. Détenus par différentes sociétés spécialisées dans la distribution d’énergie, d’eau, ou encore de gaz, ce sont autant d’éléments qu’il va falloir remplacer.

    Cependant, si le changement de toute cette gamme de compteurs demandera forcément des coûts importants, il permet aussi d’envisager de réelles économies et la mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités.

     

    Comment ça marche ?

    Fonctionnement de la technologie RTC

    La technologie RTC fonctionne à l’aide de câblages en cuivre. De ce fait, le poste de supervision ne peut effectuer qu’un appel à la fois vers les différents équipements connectés (pooling), impliquant des temps de télérelève élevés et des besoins hardware très importants. Enfin, la communication est facturée au temps d’appel.

     

    Le passage à l’IP

    A l’inverse, la technologie IP permet de bénéficier de transferts de données facturés au volume. Or, les applications de télérelève, par exemple, ne nécessitent que de faibles quantités de données. En pratique, le passage de la technologie RTC à la technologie IP pourrait dans certains cas diviser par deux les coûts de fonctionnement !

     Fonctionnement d’un réseau privé cellulaire

    Au-delà de cet avantage financier, le passage à cette technologie apporte son lot d’améliorations techniques et fonctionnelles dans le cadre de ces projets Machine to Machine : un monitoring et un accès à distance en temps réel 24/7 à ses équipements, la possibilité d’initier plusieurs communications simultanément de manière sécurisée, ou encore des solutions de maintenance préventive, aidant au bon entretien des objets connectés.

    L’utilisation du réseau IP permettra par exemple aux fournisseurs de collecter davantage de données et de les partager plus facilement, à l’aide de plateformes en ligne, afin de proposer des services d’optimisation des consommations à leurs clients. 

    En quoi se traduit le passage du RTC aux technologies plus récentes ?

    En pratique, la migration consiste, dans la plupart des cas, à passer sur le réseau mobile et à utiliser des technologies basées sur IP. Afin d’assurer la meilleure couverture possible sur tout le territoire et une continuité de service en cas de panne d’un opérateur, les cartes SIM multi-opérateurs vous permettront d’avoir accès aux différents opérateurs locaux.