<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">

Micro-mobilité et IoT : comment la mobilité douce transforme le transport

Picture of Georges

Georges

22 nov. 2022

Ces dix dernières années ont vu la généralisation, dans la plupart des grandes villes du monde, d’une nouvelle manière de se déplacer : les micro-mobilités. Elles doivent leur croissance rapide aux systèmes de libre-service géolocalisés et connectés, reposant sur l’Internet des Objets.

Après un rapide tour d’horizon de ce marché, nous verrons dans cet article à quel point la connectivité est la clé de ces dispositifs et quelles en sont les perspectives.

Micro-mobilité et IoT

Connectez vos bornes de recharge avec la carte SIM Multi-opérateur

Détails de l'offre


Qu’entend-on par micro-mobilité (ou mobilité douce) ?

Définition

Commençons par une définition officielle du terme de micro-mobilité (selon la région Wallonie en Belgique)

 

Essentiellement, les engins de déplacement électriques qui répondent à des appellations diverses, souvent confondues avec les marques des fabricants : trottinette électrique, Gyroroue, Hoverboard, Skateboard électrique, scooter électrique, Vélo électrique, Gyropode.

 

Les services les plus communs sont ceux proposant des trottinettes et des vélos (Lime, Wind, Bird, Flash, Jump, Bolt, Tier). Si les trottinettes ou vélos électriques personnels peuvent eux aussi être connectés, nous allons nous intéresser dans cet article principalement au libre-service offert par les gestionnaires de flottes.

 

Une généralisation rapide et profonde de la mobilité douce

Ces moyens de transport, qui existent techniquement depuis plusieurs décennies, trouvent un nouvel élan grâce à leur connectivité. Il est, en effet, possible de trouver une trottinette disponible à proximité, de connaître son niveau de batterie, de régler sa course, en quelques clics sur son téléphone.

 

Manuelles (comme les vélos) ou électriques, ces mobilités viennent répondre à la problématique du “dernier kilomètre”. Elles n'émettent pas de CO2 et complètent l’offre de transport en commun en s’y substituant (pour de courts trajets), ou en rapprochant de fait les stations de métro, de tramway ou de bus parfois éloignées.

 

La connectivité cellulaire au cœur de la micro-mobilité

Pour les gestionnaires de flotte de vélos ou trottinettes, il s’agit de pouvoir superviser la flotte en temps réel, la sécuriser, optimiser sa maintenance et remonter les données liées à l’utilisation des usagers.

 

La démocratisation du smartphone a permis, lorsque l’on se rappelle des débuts du Vélib’ à Paris en 2007 (avant l’avènement des smartphones), de faciliter l’expérience utilisateur. L’usager peut connaître en temps réel la localisation des véhicules disponibles. La connectivité devient donc la pierre angulaire de la réussite de ce type de service.


Une connectivité en temps réel permet de générer des données capitales, ainsi que de libérer du temps, pour les équipes produits, et d’être source d’innovation.

 

Quelle connectivité pour les bornes ?

S’il est souvent aisé de mettre en place une connexion câblée lors de l’installation d’une borne, celle-ci peut être source de surcoût et de retard. En équipant la borne d’un routeur 3G/4G et d’une carte SIM M2M, le gestionnaire de flottes contourne ces deux problèmes.

 

micro-mobilite-visuel-bornes-de-recharge-scooter-matooma


Multi-opérateurs, ces cartes SIM dédiées à l’IoT permettent d’accélérer considérablement le déploiement d’une flotte, y compris dans plusieurs pays à la fois. Le gestionnaire n’a qu’un seul interlocuteur et peut se concentrer sur son déploiement, sans avoir à négocier avec de multiples opérateurs. Ses véhicules deviennent interchangeables immédiatement, s’il devait réutiliser la flotte d’une autre ville, y compris à l’étranger.

 


Connectez vos bornes de recharge avec la carte SIM Multi-opérateur

Découvrir maintenant

 

Quelle connectivité pour les véhicules ?

Si la simple géolocalisation était suffisante pour les vélos manuels, la part croissante des véhicules électriques (trottinettes notamment) rend indispensable l'installation d’une carte SIM M2M. Elles facilitent grandement le travail du gestionnaire en lui permettant en temps réel :

  • de savoir où est un véhicule, son niveau de charge, si une utilisation est en cours
  • de déclencher une alarme ou couper l’assistance électrique
  • de planifier ses opérations de maintenance prédictive en réduisant ainsi les coûts de gestion


Quid des autres types de connectivité ?

Les connexions câblées ont longtemps été préférées pour les bornes, mais entraînent des surcoûts de génie civil importants. En ce qui concerne les véhicules, les réseaux LPWAN non cellulaires (Sigfox, LoRaWAN) sont peu adaptés aux usages mobiles, de par leur latence élevée, leur handover (changement d’antenne) laborieux et leur manque d’interopérabilité.

 

Challenges et perspectives

Le développement des micro-mobilités se heurte à plusieurs challenges techniques, auxquels toutefois la connectivité cellulaire en temps réel apporte des éléments de réponse.

 

Les restitutions anarchiques de véhicules

Les trottinettes et vélos sont souvent retrouvés par terre, ou dans des endroits inadaptés (trottoirs, lieux de passage). Les municipalités, si elles encouragent les micro-mobilités, sont conduites à légiférer pour structurer les lieux d’enlèvement et de restitution de véhicules en libre-service. Des algorithmes basés sur la connectivité cellulaire permettent aux gestionnaires d’inciter les utilisateurs à restituer les véhicules dans des zones dédiées en jouant sur le tarif.

 

La sécurité des usagers et des piétons

Une vitesse excessive ou une circulation sur des voies interdites à ce type de véhicules peut être sanctionnée en temps réel. Des municipalités comme Chicago et San Francisco sont même allées jusqu’à interdire les trottinettes en libre-service, à l’exception de quelques expérimentations très restrictives pour les gestionnaires.

 

A Paris, les opérateurs ont limité à 10 km/h dans plus de 700 zones. Il s’agit en priorité de brider les trottinettes dans les rues où sont présentes des écoles, des parcs et jardins.

 

Durée de vie des véhicules

Longtemps pierre d'achoppement du business des trottinettes électriques, les gestionnaires ont désormais développé des plateformes et algorithmes propres, basés sur la connectivité en temps réel, pour augmenter la durée de vie de leur flotte. Ces modèles sont possibles grâce aux remontées de données techniques, inspirées de la télématique pour les flottes de véhicules (voitures, camions). Reste le problème des dégradations volontaires (jet dans les rivières ou canaux).

 

Impact des évolutions législatives

Les services de micro-mobilité se sont développés très rapidement et il reste des angles morts dans la réglementation d’une part, et dans leur intégration au sein de l’urbanisme et de la voirie d’autre part.

Il n’en est pas à douter que ces législations vont évoluer. Comme elles sont du ressort des municipalités, il est possible d’assister à des différences importantes entre les villes (encore plus entre les pays). Les gestionnaires devront s’adapter à cette fragmentation réglementaire.

 

Déploiement de la 5G

La 5G est capitale dans le développement des micro-mobilités. Non pas tant pour réduire la latence au sein de communications M2M (même si elle est importante), mais pour absorber la hausse exponentielle de terminaux et de données en circulation.

 

En conclusion

Les micro-mobilités sont un élément crucial du développement d’une ville plus intelligente et plus verte. Leur croissance exponentielle a été rendue possible par la maturité des technologies IoT et de la couverture du réseau cellulaire haut débit.

 

Ces nouveaux usages, que l’on regroupe souvent sous le chapeau de “Green IoT”, contribuent à désengorger les villes des voitures, augmenter l’offre de transport et faciliter les déplacements des populations y compris dans des zones mal desservies, de banlieue à banlieue par exemple.

 


Connectez vos bornes de recharge avec la carte SIM Multi-opérateur

Découvrir maintenant

 

Sources

  1. http://mobilite.wallonie.be/news/micro-mobilite--quoi-ou-comment
  2. https://www.iot-now.com/2022/06/07/121687-how-iot-cellular-connectivity-has-enabled-the-rise-of-micromobility/
  3. https://www.iot-now.com/2022/06/07/121687-how-iot-cellular-connectivity-has-enabled-the-rise-of-micromobility/
  4. https://www.ericsson.com/en/enterprise/reports/connected-micromobility/pain-points
  5. https://www.lesoir.be/280380/article/2019-08-09/legislation-sur-les-trottinettes-electriques-que-font-les-autres-pays
  6. https://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/a-paris-les-operateurs-de-trottinettes-limitent-la-vitesse-de-leurs-appareils-a-10-kmh-dans-700-zones-15-11-2021-TPEMAS6SPZDAVCBCW3LRDT3VYY.php
  7. https://www.capital.fr/entreprises-marches/la-trottinette-electrique-un-business-en-plein-boom-mais-pas-rentable-1338798