<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">
Fermer
Que recherchez-vous ?
    matoocard-picto
    Matoocard

    Connecter

    En savoir plus
    m2mmanager-picto
    M2MManager

    Gérer

    En savoir plus
    matoowan-picto
    Matoowan

    Sécuriser

    En savoir plus

    5G : nouvelle génération, nouveaux usages

    Alors que le nombre d’objets connectés ayant recours au M2M est en pleine croissance selon les derniers chiffres de l’ARCEP, le gouvernement a annoncé la mise en place d’une phase de tests pour préparer l’arrivée de la 5G. Les acteurs de neuf villes françaises – particuliers, privés ou industriels – sont concernés. La 5G devrait à terme permettre d’allier réduction des coûts et augmentation des volumes des données.

    La 5G fera ses premiers pas en France en 2018

    La 5G devrait être accessible à tous en 2020, selon l’annonce faite le 20 janvier par le gouvernement. Pour préparer cette arrivée très attendue, les villes de Lyon, Bordeaux, Nantes, Lille, Le Havre, Montpellier, Douai, Grenoble et Saint-Étienne ont été choisies pour tester les installations 5G durant 18 à 24 mois.

    Cette cinquième génération promet un débit dix fois supérieur à celui de la 4G dans un premier temps et jusqu’à 100 fois plus rapide sur le long terme. Alors que le volume des données mobiles devrait être multiplié par neuf entre 2016 et 2022 [1], la 5G permettrait alors de pouvoir transférer 20 gigabits de données par seconde en téléchargement. De quoi combiner volumétrie et rapidité.

    Un réseau développé pour correspondre aux nouveaux usages

    Contrairement aux technologies 3G et 4G, l’objectif de cette cinquième génération n’est plus uniquement l’internet mobile à très haut débit mais également l’accessibilité à un réseau encore plus fiable, constant et uniforme. Même à grande vitesse, la connexion doit être stable avec néanmoins une contrainte majeure : ce nouveau réseau ne doit pas être trop énergivore.

    Chirurgies à distance en temps réel ou voitures autonomes qui communiquent entre elles : avec un débit quasi instantané, la 5G a beaucoup à apporter aux entreprises et aux objets connectés. Selon l’Arcep, son caractère pourrait lui permettre de s’adapter à n’importe quel usage, tant aux évolutions technologiques à venir qu’à l’IoT industriel en pleine explosion. Cela devrait générer, à terme, la multiplication des objets connectés dans de nombreux secteurs : véhicules connectés, (bien être, information des passagers et sécurité), médecine et chirurgie assistée à distance ; industrie du futur et villes intelligentes (transports publics), environnement, gestion des bâtiments et de la consommation énergétique ; suivi et gestion de flux « smartgrids ».

    La 5G, vecteur de performance

    Le déploiement de la 5G devrait donc aller de pair avec un temps de latence divisé par 100 [2]. La connexion d’une carte SIM à un réseau passera ainsi de quelques secondes à un véritable temps réel et le temps de transmission d’une donnée sera réduit à une milliseconde.

    Concrètement, un marché comme celui des alarmes connectées va fortement bénéficier de la 5G : les plateaux de télésurveillance pourront réduire leur temps de réponse de une minute à 30 secondes et être ainsi plus réactif et donc plus efficaces.

    Tous les secteurs seront impactés et profiteront d’installations moins coûteuses et d’un gain de temps, tant à la production qu’à l’utilisation.

    La 5G est une véritable révolution qui allie simultanéité, technologie unifiée, et la diversité des besoins dès sa conception pour mieux répondre aux nouveaux usages. Son déploiement sera accompagné d’un bouleversement dans la façon de concevoir des objets connectés et de la diminution de leur coût de fabrication qui va entraîner l’IoT vers un marché de masse

    Néanmoins, s’il apporte de nombreuses innovations, ce nouveau réseau va aussi se positionner en fort concurrent des réseaux propriétaires Sigfox et LoRa, aujourd’hui très implantés dans l’IoT, grâce à son canal IoT intégré qui permettra aux objets de communiquer à haut ou bas débit.

     

     

    [1] Source : Le Télégramme, http://www.letelegramme.fr/soir/question-du-soir-23-01-2018-11824226.php

    [2] Source : La Tribune, https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/entreprises/tic/2018-01-22/matooma-a-nouveau-en-forte-croissance-en-2017-765608.html

    Crédits Photo – FOTOLIA.com