<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">
Fermer
Que recherchez-vous ?
    matoocard-picto
    Matoocard

    Connecter

    En savoir plus
    m2mmanager-picto
    M2MManager

    Gérer

    En savoir plus
    matoowan-picto
    Matoowan

    Sécuriser

    En savoir plus

    IoT : un secteur à fort potentiel, propice au développement des startups

    Smart cities, adtech, fintech ou encore e-santé : depuis quelques années, les secteurs impactés par l’IoT ne se comptent plus. Cette communication s’inscrit dans la lignée des mutations technologiques qui viennent profondément modifier le fonctionnement des entreprises. En mettant la technologie au profit de l’innovation des produits et des services, l’IoT donne un nouveau souffle aux industries, et permet ainsi l’évolution de services parfois en perte de vitesse. Et qui de mieux que les startups pour répondre à ces nouveaux besoins ? 

    IoT : un marché en pleine explosion

    Les objets connectés représentent aujourd’hui un marché considérable : il faudra en compter près de 8,4 milliards en circulation d’ici la fin de l’année, selon le cabinet Gartner. Les chiffres donnent le vertige. 20,8 milliards d'objets connectés d'ici à 2020 dans le monde, pour un marché mondial qui devrait atteindre 4.000 milliards de dollars en 2025 selon Machina Research. Un écosystème très riche qui a déjà donné naissance à beaucoup de startups.

    IoT et startup : à la croisée de profonds changements sociétaux

    L’IoT fait converger plusieurs secteurs comme la science, l’ingénierie, le marketing, le design... Des domaines dans lesquels la France ne manque pas de ressources ni de jeunes talents.

    Mais si l’IoT constitue un secteur à très fort potentiel, notamment pour les startups, c’est aussi parce que son écosystème est extrêmement encadré : une quinzaine d’organismes français, référencés et labellisés, fédèrent startups, grands groupes, chercheurs, ingénieurs, pôles de compétitivité, incubateurs et accélérateurs. Parmi ceux-ci, on peut citer l’IoT Valley située près de Toulouse, l’Usine IO à Paris ou le BIC de Montpellier, un des 10 meilleurs incubateurs mondiaux qui a encadré plus de 600 start-up.

    Un grand nombre d’aides de financement et d’accompagnement sont également mises en place pour soutenir l’innovation promue par les startups, à travers des programmes régionaux comme le Micro PACA 2020, qui a pour enjeu de développer l’IoT et de faire rayonner l’hexagone. L’Occitanie accueille également des initiatives dont « Big Up 4 Start Up ». D’autres régions proposent des programmes d’aide pour favoriser l’innovation. Parmi elles, on peut citer l’Ile-de-France avec Paris Initiative Entreprendre ou les « Grands Prix » organisés par la ville, le programme « BigUp for Startup » dans le Grand Est, ou encore des initiatives nationales comme les aides financières de la BPI. Au niveau national, la French Tech, tenue par l’état, favorise la mise en exergue de tous les acteurs de l'écosystème des start-ups françaises. « À la fois label et communauté, la French Tech vise à promouvoir le développement et l'innovation des start-ups tricolores à l’internationnal ».

    Cette dynamique a permis l’apparition d’accélérateurs de startups, et commence à dessiner les contours d’une culture de l’Internet des Objets made in France.

    En définitive, l’IOT est propice au développement des startups car il rassemble de nombreux secteurs et touche à l’innovation ainsi qu’à l’optimisation des organisations, produits et services. Les startups rejoignent ainsi le monde de l’Internet des Objets pour disrupter des secteurs encore traditionnels dans leurs produits comme dans leur communication.

    Crédits Photo – FOTOLIA.com