<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">
Fermer
Que recherchez-vous ?

    IoT cellulaire : pourquoi opter pour une technologie nomade et pérenne

    Lors du déploiement d’un projet IoT, il y a beaucoup de critères à prendre en compte : le choix de votre hardware, votre stratégie go-to-market ou la connectivité IoT de vos objets. C’est sur ce dernier point que l’on va se concentrer dans cet article.

    Le choix du réseau est un critère primordial dans le monde de l’Internet des objets. Sa qualité doit être irréprochable afin d’assurer à vos objets, mais aussi à votre projet IoT global, une fiabilité optimale.

    Alors, quelles sont les bonnes solutions pour atteindre cet objectif ? 

    Matooma vous donne explications et solutions, ci-dessous.

    Les dommages d’un réseau médiocre

    Chaque projet IoT est unique en son genre, et dispose de ses propres contraintes.

    Peut-être votre objet connecté est-il situé à 5 mètres sous terre ?

    Le réseau cellulaire (2G, 3G ou 4G) ne vous permet alors pas d’avoir une connexion souterraine, et il vous est impossible de recevoir le volume de données que votre objet tente de vous envoyer. Dans ce cas là, la technologie LTE-M est adaptée à ce type de problématique.

    À l’inverse, votre objet est facilement accessible, mais dans un endroit tellement excentré du centre-ville que vous êtes confronté à des coupures de réseau fréquentes. 
    Dans ce second cas, les données transmises n’arrivent pas en temps réel dans votre système d’information, ce qui complique fortement le monitoring de votre parc et ses mises à jour.


    Quelles que soient vos contraintes, vous devez trouver l’offre la plus adaptée à votre projet, soit une offre qui répond à vos besoins, résout vos problèmes, et optimise vos coûts.

     


    Les offres opérateurs sont-elles adaptées à vos problématiques IoT ?

    Vous serez naturellement attiré par les solutions et les abonnements IoT cellulaires proposés par les opérateurs locaux.

    Vous les connaissez déjà certainement pour leurs offres grand public que vous utilisez pour votre mobile ou votre box Internet.

    Oui, cela peut-être rassurant.

    Cependant, en optant pour ce choix, vous serez vite confronté à plusieurs problèmes récurrents.

    Tout d’abord, les offres que proposent les opérateurs classiques ne sont pas toujours adaptées à un usage M2M. Leur spécialité étant la carte SIM grand public, cet acte peut être sanctionné.

    Viendra ensuite le moment où vous envisagerez d’acquérir, en plus de vos cartes SIM actuelles, celles d’un nouvel opérateur pour faire croître votre activité. Vous devrez donc utiliser plusieurs plateformes pour gérer vos cartes SIM, ce qui risque de compliquer votre quotidien.

    Un autre jour, vous ferez face à un problème technique. Vous tenterez alors d’appeler votre opérateur sans relâche mais risquez de perdre beaucoup de temps.

    Enfin, vous aurez peut-être envie de déployer votre projet à l’international. Mais comment ne pas s’arracher les cheveux avec différents opérateurs à la fois ?


    Les 2 critères d'une connectivité IoT optimale

    Alors, que signifie bénéficier du meilleur réseau IoT possible, et comment y avoir accès ?

    La qualité d’un réseau dépend principalement de deux facteurs :

    • Sa puissance radio : le nombre de barres représentant la puissance radio (exemple : sur les smartphones, les barres affichées indiquent l’accroche réseau).
    • Sa bande passante : le nombre d’objets connectés sur un réseau à un moment donné. En effet, si à un instant T, trop de monde ou des applications très consommatrices en data (exemple : streaming) sont connectées, la disponibilité du réseau peut être impactée. 

    La carte SIM M2M multi-opérateur permet à votre objet de se connecter sur les réseaux existants d’un pays donné. En illustration, lorsque votre objet demandera un scan des réseaux, la carte SIM lui enverra le résultat des réseaux disponibles. Sur cette base, l’objet choisira le réseau qu’il considère comme le meilleur.

    Idem en cas de problème et de déconnexion, l’objet demandera un nouveau scan réseau à la carte SIM qui fera basculer l’objet sur un autre réseau disponible.

    Cela vous assure une quasi connectivité en continue, et par conséquent, une fiabilité maximale de vos objets connectés.

     

    Piège à éviter

    Attention cependant à ce que le fournisseur choisi ne vous oriente pas vers une carte avec « steering », moyen qui consiste à prioriser les réseaux opérateurs sur la carte SIM et à forcer le boîtier à se connecter toujours au même réseau (si disponible).

    Vous vous retrouveriez en quelque sorte avec une carte SIM multi-opérateur mono-opérateur.
    Cela donnerait lieu à une analyse réseau faussée et remettrait en cause le concept du multi-opérateur.

     

    Cas pratique

    Dans le secteur de la mobilité verte par exemple, la carte multi-opérateur répond à un problème certain : celui de la géolocalisation.

    cas-pratique-iot-geolocalisation-1Lorsque vous empruntez un scooter électrique à un endroit A et que vous le conduisez jusqu’à un endroit B, il faut que les données envoyées par l’objet mobile soient récupérées en temps réel et ce, 24h/24.

    En effet, il sera primordial de connaître l’endroit où se trouve le scooter en question, la dernière personne à l’avoir utilisé, sa disponibilité et son niveau de batterie à l’instant T.