<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">
Fermer
Que recherchez-vous ?
    matoocard-picto
    Matoocard

    Connecter

    En savoir plus
    m2mmanager-picto
    M2MManager

    Gérer

    En savoir plus
    matoowan-picto
    Matoowan

    Sécuriser

    En savoir plus

    Internet des objets, machine to machine : comment les différencier ?

    Internet des objets ou machine to machine : deux concepts dont on entend de plus en plus parler, mais que l’on a encore du mal à clairement définir. Et pourtant, chacun a ses caractéristiques propres ! Voici tout ce que vous avez besoin de savoir pour les différencier.

    les objets connectés 

    Avant de parler IOT (Internet des objets) ou M2M (Machine to Machine), il convient de faire le point sur ce qu’est un objet connecté. Selon Jérôme Chambard, chef de produit digital, formateur et rédacteur pour le Dictionnaire du Web, les objets connectés sont « des types d’objets dont la vocation première n’est pas d’être des périphériques informatiques ni des interfaces d’accès au web, mais auxquels l’ajout d’une connexion Internet a permis d’apporter une valeur supplémentaire en termes de fonctionnalité, d’information, d’interaction avec l’environnement ou d’usage ».

    À la fois émetteurs et destinataires, les objets connectés interagissent les uns avec les autres via une connexion par l’utilisation de différents réseaux : RFID (portée de 10 m), Bluetooth (portée de 10 à 20 m), Wifi (portée de 50 m), basse fréquence (portée d’environ 1000 km) ou carte SIM (ou GSM : portée mondiale).

    Les objets connectés fonctionnent grâce à un modem cellulaire qui interagit avec un serveur. Ainsi, une montre connectée peut interagir avec un Smartphone.

    L’Internet des Objets

    L’IoT (Internet Of Things), ou l’Internet des Objets, est un écosystème d’objets connectés ayant une identité numérique propre, qui communiquent entre eux pour connecter le monde réel et le monde virtuel. Ce terme englobe également l’ensemble des modèles économiques et marketing découlant du développement de ces objets.

    Techniquement, l’IoT désigne l’identification numérique directe et normalisée (par adresse IP, protocoles smtp, http, https...) d'un objet physique grâce à un système de communication sans fil qui peut être une puce RFID, du Bluetooth, du Wi-Fi, une carte SIM.

    S’il n’existe pas de définition standardisée de l’IoT, on peut toutefois dire que cela désigne des objets qui interagissent avec leur environnement ou fournissent des données précises (mesures, positions, etc.) grâce à une communication d’objet à humain ou de machine à machine (M2M). Ces données pourront ensuite être récupérées, stockées, transférées et/ou traitées.

    En pratique, l’IoT peut par exemple permettre aux villes d’optimiser leur productivité, que ce soit pour fluidifier la circulation ou pour faciliter la gestion de l’énergie des bâtiments. L’IoT est actuellement une brique essentielle à la création des villes de demain.

    Le Machine to Machine

    Le M2M, diminutif de Machine to Machine, et l’IoT sont deux concepts très proches. En effet, le M2M est un sous ensemble de l’IOT.

    Le M2M combine les technologies de l’information et de la communication (TIC) aux objets intelligents et communicants pour leur permettre d’interagir sans intervention humaine. Il désigne un ensemble de solutions et de technologies permettant à des machines ou des systèmes de communiquer entre eux de manière programmatique.

    Grâce à un réseau GSM ou directement câblé, le M2M permet des échanges de données automatisées, la commande à distance ou l’analyse électronique de l’état des machines. Concrètement, le principe du M2M est le suivant : il s’agit de contrôler et de gérer un dispositif à distance via des plateformes développées à cet effet.

    Le M2M est principalement utilisé dans un cadre industriel. Il permet notamment de faciliter la maintenance d’ascenseurs connectées, de simplifier l’identification des problèmes pour les gestionnaires électriques ou les gestionnaires d’eau, d’avoir une meilleure mesure de la quantité d’électricité créée par des panneaux photovoltaïques ou encore de tracker la localisation d’un véhicule pour être alerté et intervenir en cas de vol ou d’accident. Smart buildings, smart cities, télématique : on peut également citer le domaine de la monétique comme champs d’action du M2M, ainsi que la santé connectée, la téléassistance ou la vidéosurveillance.

    Un marché en très forte expansion

    L'essor de l’IoT a replacé le M2M au cœur des enjeux industriels actuels. En effet, les objets connectés doivent désormais communiquer avec des serveurs (ou entre eux) de manière autonome, sans que cela ne nécessite une intervention humaine et surtout permettre des remontées de données, nerf de guerre du digital Selon le cabinet Gartner, ces objets intelligents seront 20 milliards en 2020.

    Aujourd’hui, la communication de machine à machine se fait soit par connexion wifi, GPRS, RFID ou Bluetooth,ces réseaux ont été conçus pour être utilisés par des objets à faible autonomie énergétique. Les connexions par cartes SIM quant à elle permettent de transmettre des données plus lourdes et toujours plus nombreux. Les réseaux évoluent pour proposer des offres adaptées et ainsi répondre à ces nouvelles problématiques.

    Crédits Photo – FOTOLIA.com