<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=172177&amp;fmt=gif">
Fermer
Que recherchez-vous ?
    matoocard-picto
    Matoocard

    Connecter

    En savoir plus
    m2mmanager-picto
    M2MManager

    Gérer

    En savoir plus
    matoowan-picto
    Matoowan

    Sécuriser

    En savoir plus

    Bornes de recharge : un enjeu face aux obligations écoresponsables des entreprises

    Dans la lignée du Plan Climat, la Loi sur la transition énergétique prévoit un plan de mobilité destiné aux entreprises pour réduire les émissions de CO2 liées aux déplacements des collaborateurs. Ainsi, les sociétés de plus de 100 salariés doivent désormais proposer des solutions plus écoresponsables. Cette nouvelle contrainte représente néanmoins une véritable opportunité économique pour le marché des véhicules électriques : le développement des bornes de recharge est alors un enjeu majeur pour son déploiement. Leur multiplication est la condition sine qua non à la démocratisation de l’électrique.

    Bornes de recharge : quel état des lieux en France ?

    Malgré le Plan Mobilité et les avantages fiscaux dont peuvent bénéficier les entreprises qui misent sur l’électrique, elles sont encore peu nombreuses à passer le cap. En 2017, seulement un quart des ventes de véhicules électriques étaient destinées à un usage professionnel[1], l’autonomie et l’insuffisance du déploiement des bornes de recharge restant un handicap.

    Par exemple, l’autonomie de la Renault Zoé est comprise entre 300 et 400 km, l’autonomie réelle de la plupart des citadines électriques se situe entre 150 et 250 km. Du côté des utilitaires, des modèles comme le Renault Kangoo ZE sont autonomes sur 120 à 200 km.

    Cette problématique liée à l’autonomie est accentuée par le faible déploiement de bornes de recharge sur le territoire. Seulement, 20 000 bornes publiques sont aujourd’hui implantées en France, réparties sur 6 000 stations1 : leur répartition géographique inégalitaire constitue un obstacle supplémentaire.

    Néanmoins, depuis quelques années, l’installation de bornes se démocratise : leur nombre a augmenté de 57 % en 2016 et de 31 % en 2017. Cette dynamique devrait s’accélérer dans les années à venir : l’État a annoncé un objectif de 100 000 bornes à l’horizon 2020[2].

    En parallèle, l’autonomie des véhicules progresse également, mais reste encore un frein important dans la prise de décision des particuliers et des entreprises. Le déploiement d’un réseau étendu de bornes de recharge est donc un enjeu crucial pour faciliter l’accès à l’électrique et booster le marché.

    Néanmoins, si les collectivités locales et les entreprises ont tout intérêt à élargir le réseau de bornes, cet investissement ne sera efficace que s’il est accompagné d’une technologie machine to machine suffisamment fiable partout en France. 

    La connectivité, indispensable pour le bon fonctionnement des bornes de recharge

    La fiabilité de la communication entre les bornes, les réseaux et plateformes est indispensable pour assurer la recharge. En effet, la recharge se déroule en 2 étapes :

    • L’authentification par carte ou badge : le conducteur fait une demande d’authentification pour accéder à la borne. Celle-ci est envoyée via les serveurs à une plateforme de gestion qui permet de déverrouiller la borne. Sans une bonne communication M2M, cette action ne peut être menée à bien, et fait obstacle à l’étape suivante.
    • La recharge, qui fonctionne par branchement entre le véhicule et la borne.

    Des technologies comme les cartes SIM M2M répondent à cette nécessité et permettent d’offrir un service optimal. Les cartes SIM M2M permettent de connecter les bornes de recharge dans des zones où l’installation de réseaux filaires tels que l’adsl et la fibre est compliqué et couteux du fait des travaux de génie civil à effectuer.

    De plus, les cartes SIM multi-opérateurs permettent un accès à l’ensemble des réseaux 3G/4G ce qui permet d’optimiser le déploiement des bornes et d’assurer une continuité de service en cas de défaillance d’un réseau opérateur.

    L’émergence de villes intelligentes mêlant technologies et écoresponsabilité est un des plus forts enjeux de ces prochaines années. Elle passera notamment par le développement de réseaux de mobilité électrique. Néanmoins, celle-ci ne pourra se développer qu’avec une technologie fiable et appropriée.

     

    [1]Source : l’Observatoire du véhicule d’entreprise

    [2]Source : Europe 1 http://www.europe1.fr/economie/automobile-les-flottes-dentreprise-peinent-a-se-convertir-a-lelectrique-3594308

    Credits photo - Fotolia